captur

Elle a annoncé jeudi qu’elle quit­tait la rédac­tion en chef du célèbre site qu’elle a créé en 2005. A l’oc­ca­sion de la sortie de son livre, l’an­née dernière, Arianna Huffing­ton nous racon­tait son burnout et sa nouvelle vie, faite de médita­tion.

Elle est l’une des person­na­li­tés les plus influentes de la planète, mais Arianna Huffing­ton a décidé de quit­ter la tête de son célèbre site pour se consa­crer à la théma­tique du bien-être. La patronne du site Huffing­ton Post, mère de deux filles, amie des stars holly­woo­diennes, un temps tentée par une carrière poli­tique, a choisi, après son burn-out, de se recen­trer sur l’es­sen­tiel. Elle a ralenti le rythme, s’est tour­née vers la médi­ta­tion, et va jusqu’à cacher ses smart­phones dans sa salle de bain pour être sûre de décro­cher. Cette battante à l’im­pec­cable mise en plis est née et a grandi à Athènes, avant de faire ses études à Cambridge. Elle a ensuite vécu son rêve améri­cain dans le sillage d’un homme multi­mil­lion­naire, dont elle a divorcé dans les années 90. Sa devise : « en avant, en haut, en dedans ». Cette grecque connaît ses clas­siques : contrai­re­ment à Icare, elle ne compte plus se brûler les ailes. Gala l’a inter­viewée, il y a plusieurs mois, à l’oc­ca­sion de la sortie de son livre.

 

Gala : Pourquoi avez-vous ressenti le besoin d’écrire votre ouvrage S’épa­nouir. Réus­sir sans défaillir (Fayard) ?

Arianna Huffing­ton : Cet ouvrage est né d’une brutale prise de conscience. Le 6 avril 2007 au matin, je me suis réveillée à mon domi­cile allon­gée sur le sol dans une mare de sang. Je m’étais effon­drée et évanouie de fatigue sur l’angle de mon bureau. Mon arcade sour­cillière s’était ouverte et l’os de ma pommette s’était brisé. A mon réveil, je me suis retrou­vée à courir de méde­cins en méde­cins à multi­plier les IRM et les élec­tro­car­dio­grammes pour essayer de détec­ter un problème de santé plus sérieux. Il n’y avait rien, mais les heures passées dans des salles d’at­tentes m’ont permise de m’in­ter­ro­ger sur mon mode de vie. Cela m’a inci­tée à chan­ger en profon­deur et à renouer avec une sagesse ances­trale qui m’a permis d’être plus en harmo­nie avec moi-même.

 

Gala : N’aviez-vous pas senti le burnout arri­ver? Quel était votre mode de vie ?

A.H. : Nous avions créé le Huffing­ton post en 2005 et pendant deux ans nous avions connu un déve­lop­pe­ment consi­dé­rable. J’étais à la une des maga­zine, citée par le Time comme l’une des 100 person­na­li­tés les plus influentes du monde. Mais après ma chute, je me suis dit que je devais me poser les vraies ques­tions. Etait-ce cela une vie réus­sie ? Je travaillais 18 heures par jours 7 jours sur 7. J’ai réalisé que je n’avais en fait aucun contrôle sur mon exis­tence. Je savais que je devais enta­mer un chan­ge­ment radi­cal. Mais il est souvent diffi­cile d’y voir clair en pleine tempête. C’est pourquoi j’ai écrit ce livre, pour montrer comment on peut agir avant d’être rattrapé par le burnout.

 

Gala : Comment s’est traduite cette reprise en main ?

A.H. : J’ai changé mes habi­tudes au quoti­dien. Je ne commence plus ma jour­née en regar­dant mon smart­phone. Je prends une minute pour respi­rer profon­dé­ment et me concen­trer  les objec­tifs de ma jour­née. Ensuite, je fais 20 à 30 minutes de médi­ta­tion.

 

Gala : Que conseille­riez-vous aux femmes actives pour éviter le burn-out ?

A.H. : Les femmes doivent faire face à tant de chal­len­ges… Mais, comme on nous le dit dans l’avion, il faut placer d’abord sur son visage son masque à oxygène avant de pouvoir aider les autres, y compris ses propres enfants. Mon conseil est de s’oc­troyer une demie-heure de sommeil en plus chaque jour. Le plus simple étant de se coucher plus tôt, mais on peut aussi s’ac­cor­der une courte sieste ou combi­ner les deux.

 

Gala : Que faites-vous dans votre propre entre­prise pour éviter à vos employés de souf­frir de surme­nage ?
A.H : Au Huffing­ton Post, l’info ne s’ar­rête jamais, mais nous n’at­ten­dons pas de nos sala­riés qu’ils consultent leurs mails soir et week-end, s’ils ne sont pas de garde. Nous avons installé deux salles de siestes dans nos locaux, qui sont quasi­ment tout le temps occu­pées, même si leur mise en place au prin­temps 2011 a été accueillie avec scep­ti­cisme. Nous avons essayé de chan­ger la culture de l’en­tre­prise en faisant comprendre aux sala­riés que mieux valait savoir rechar­ger ses batte­ries plutôt que de faire acte de présence en étant épuisé. Dans nos bureaux de New York et de Washing­ton nous propo­sons des cours de médi­ta­tion, de yoga et de relaxa­tion.

 

Gala : Vous rendez hommage dans votre livre à votre mère, qui n’a pas fait d’études, mais dont vous saluez la sagesse. Que rete­nez-vous d’elle ?

A.H. : L’une de ses phrases préfé­rées était « ne rate pas le moment ». Cela résu­mait très bien sa philo­so­phie et je me répète très souvent cette phrase.

 

Gala : Votre sœur aussi vous a poussé à vous ouvrir à la média­tion.

A.H. : Agapi m’a initié à ce genre de pratique, nour­ris­sant sans cesse mes diffé­rentes explo­ra­tions spiri­tuelles.  Elle est capable de m’ap­pe­ler à 5 heures du matin alors que je suis en tour­née pour la promo­tion de mon livre au fin fond du Michi­gan pour que je n’ou­blie pas de médi­ter avant de me lancer dans ma jour­née mara­thon.

 

Gala : Vous semblez avoir trouvé aujourd’­hui votre équi­libre. Quelle a été la pire épreuve de votre exis­tence ?

A.H. : Perdre mon premier bébé lors d’une fausse couche à l’âge de 36 ans et l’ad­dic­tion de ma fille à la drogue durant sa dernière année de lycée ont été les moments les plus doulou­reux de ma vie. Heureu­se­ment, ma fille est sobre depuis trois ans. Mais je me dis souvent qu’il faut savoir faire la distinc­tion entre dangers réels et dangers imagi­naires. Pour conju­rer cette malé­dic­tion de l’homme moderne, j’aime me remé­mo­rer la phrase de Montaigne « Ma vie a été remplie de terribles malheurs dont la plupart ne se sont jamais produits ».

ante. Praesent libero ut eget at

Saisis ton adresse courriel pour recevoir GRATUITEMENT

 

le LIVRET PDF des 5 MAUVAISES RAISONS
pour effectuer un changement de vie 

une vidéo qui t'aidera assurément à effectuer ton changement désiré 

+

 
la préface du livre Sorties de Zone écrite par Annie Brocoli

 

Vous êtes bien inscrits. N'oubliez pas de confirmer votre adresse pour obtenir les cadeaux.

Enter your email address to receive FOR FREE!!:

 

 The 5 wrong reasons to make a change in your life 

A video helping you to make the change you want!  

 

You have Successfully Subscribed!